Un parcours éclectique

 

Initiée au dessin et à la peinture par un grand-père appliqué et ingénieux, Clo Hamelin

dessine depuis l'âge de 10 ans.

On lui offre à 12 ans un vieil appareil photo Rolleiflex qui lui permet

de photographier ce qu’elle peindra par la suite.

 

Après des études d'art dramatique au Conservatoire national de Paris, elle s'intéresse au

milieu carcéral psychiatrique, et part étudier comme infirmière à l'hôpital Sainte-Anne de

Paris, où elle est sensibilisée à l'art brut. Ce détour par ce milieu asilaire, et confrontée à cet

art singulier, lui fait reprendre les pinceaux.

 

Plus tard, après une formation chez les Compagnons de France, qui ne lui donnera pas

satisfaction dans le domaine professionnel en tant que peintre-décoratrice, et devenue

maman, elle sera maquettiste, typographe, puis journaliste,

et étudiera plus assidûment l'art de la photographie.

 

Envisageant très sérieusement de renouer avec sa muse, elle entre à l'IPEDEC, en section

meubles peints, et étudie l'ornementation, la polychromie, les peintures d’illusion, et la feuille

d’or ainsi que les patines et les grisailles.

Dans cette école, elle explore sous la conduite de Philippe Fagot, arcenciologue,

le monde mystérieux et complexe des couleurs.

C'est dans l'atelier de Jean-Pierre Besenval, qu'elle côtoie au plus près les techniques

anciennes, et assimile toutes les étapes de la décoration sur bois.

Cet atelier, très formateur, lui permet de découvrir d'autres méthodes de travail.

 

Outre cette activité de peintre-décoratrice, elle organise sa propre exposition, avec une

centaine de photos, en 1998, sur le thème de l’exclusion, nommée « France, terre d’asile ?».

Elle présentera cette exposition à l’Université de Caen, puis aux « Portes ouvertes de

Belleville », ainsi qu’à la galerie « Glaz’Art » à Paris.

Quelques images feront l’objet de parutions pour la presse.

Ses photographies de fruits et de légumes seront présentées en collectif, pour l’exposition

« Ode au Légume », organisée par « Le Sens de l’Humus », à Montreuil en octobre 2013.

 

Ses nombreux voyages, en Europe, en Inde, en Afrique lui permettent de saisir

ce qu’elle voit autour d’elle et d’accumuler près d’un millier d’images,

qui n’ont pas pour l’instant fait l’objet d’expositions.

Une de ses photos d’Inde illustrera un des poèmes de l’auteur Sylvie Méheut.

 

Le travail d'Art décoratif, puis celui de peintre lié à celui de la photographie qu'elle manie

avec autant de poésie, décèlent un parcours éclectique, et signifient l'aboutissement d'une

démarche artistique amorcée il y a longtemps, en marge des modes, jalonnée d'acquis, de

couleurs, de motifs glanés au fil du temps, des lectures et des routes.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now